Accueil ... en détail Le Layon, Bassin du Layon, Rivière d'Anjou
Le Layon, Bassin du Layon, Rivière d'Anjou Envoyer
Traversant la commune de Saint-Aubin, le Layon est une rivière angevine du centre-ouest de la France. Son cours est canalisé et sa vallée est bordée de coteaux chargés de vignes.

rivière | territoires | nom | canal | bassin | vallée


layonLa rivière Le Layon est un petit affluent de la Loire, dont la rive droite forme un coteau escarpé (onde de choc résultant de l'émergence du massif alpin au secondaire) (1).


Le Layon prend sa source dans le département des Deux-Sèvres au sud-est de Saint-Maurice-la-Fougereuse. Après une dizaine de kilomètres, il pénètre dans le département de Maine-et-Loire (région Pays-de-Loire), où se situe la plus grande partie de son cours (2).

Dans sa partie aval, le cours d’eau emprunte un accident géologique majeur : la faille du Layon. Cette faille se prolonge jusqu’à la pointe sud de la Bretagne, après avoir reçu plusieurs autres noms (1).

La rivière borde la Corniche angevine sur plusieurs kilomètres avant de rejoindre la Loire à Chalonnes-sur-Loire.

Ces principaux affluents sont la Gaubretière, le Pont Moreau (Les Cerqueux-sous-Passavant), la Soire (Nueil-sur-Layon), le Douet, le Livier (Tancoigné), le Lys (Vihiers), l’Arcison, le Javoineau, le Dreuille, l’Hyrôme (Chemillé), le Jeu [+] .

Plusieurs ponts enjambent la rivière, comme à Chaudefonds-sur-Layon, Saint-Aubin-de-Luigné, Beaulieu-sur-Layon ou Rablay-sur-Layon. Plusieurs d'entre eux possèdent un passé historique, tel le pont barré de Beaulieu. Ce pont fut un lieu stratégique durant la guerre de Vendée, et le théâtre d'affrontements en 1793, entre royalistes et républicains.


La rivière du Layon sépare les deux territoires [+] que sont les Mauges [+] et le Saumurois [+] (3). Sur sa rive gauche le pays des Mauges s'enfonce dans le Choletais, tandis que sur sa rive droite les paysages se rapprochent du Val angevin et du Saumurois. A noter que la vallée du Layon occupe une zone de contact entre le Bassin parisien (est) et le Massif armoricain (ouest).

À la fin du XVIIIe siècle, pendant les guerres de Vendée, le Layon (rivière) servira de ligne de démarcation entre républicains et royalistes.


Origine du nom : Ladiacus fluvius en 1031, Fluvius Are en 1040, Ara fluvius en 1140, La rivière de Léon en 1540 (4). Le nom actuel serait un diminutif de l’Arayon devenu Layon.
Plusieurs communes comportent le nom de la rivière dans leur nom, telle celle de Chaudefonds-sur-Layon ou bien celle de Beaulieu-sur-Layon.

Le mot « Layon » désigne également les vins des vignobles des Coteaux-du-Layon, ou bien encore un petit sentier rectiligne en forêt (diminutif de laie). Le Layon désigne également un affluent de la rivière Petite Sauldre en Sologne.


Canal du Layon : Les premiers moulins à eau sont aménagés sur le cours du Layon à partir du XIe siècle.
Les XVIIe et XVIIIe siècles marquent l'apogée du vignoble du Layon (5) et le début du développement industriel. Au milieu du XVIIIe siècle l’idée d’un projet concernant l’aménagement du Layon prend forme, à la demande de la Compagnie des Mines de Charbon (Saint-Georges-sur-Layon) et avec le soutien de Monsieur (frère de Louis XVI). En 1776 (5) il est alors canalisé (écluses, rehausses de ponts, aménagements des berges) puis utilisé pour le transport de vins, minerais et autres produits régionaux à destination des autres régions françaises via la Loire.
Au XVIIe siècle les hollandais sont de gros acheteurs de vins, et le siècle suivant, les vins du Layon ayant une grande renommée, ils déplacent leur comptoir des Ponts-de-Cé à Chalonnes, où aboutit le Layon canalisé [+] .
En 1779, à l’apogée de son utilisation, le Layon canalisé mesure 42 km et comporte 24 écluses. Aujourd'hui il reste un bon nombre d'ouvrages de cette époque, ou reconstruits après les guerres de Vendée.

La rue principale de Saint-Aubin est dénommée "Canal de Monsieur".


Le bassin du Layon est géré par le SMBL (Syndicat Mixte du Bassin du Layon), qui est une collectivité territoriale créée en 1973. Elle regroupe 48 communes du bassin du Layon, toutes concernées par un affluent ou le Layon lui-même (2).


Tout au long de la rivière, la vallée du Layon se compose de coteaux (avec de nombreux vignobles), de prairies humides, de cultures et de peupleraies plantées. Les haies y sont nombreuses et le milieu floral y est diversifié (6).
Vallée assez encaissée, elle se situe dans la zone climatique la plus chaude de l'Anjou (niveau d'ensoleillement élevé et précipitations plus faibles que la moyenne).
Sa géologie de compose principalement de roches volcaniques et de calcaires primaires [+] .



Notes et références :
1- Société géologique et minéralogique de Bretagne, Géologie des Coteaux du Layon
2- IGN et BRGM, Géoportail, cours du Layon, et, ADES Sandre, Portail national d'accès aux référentiels sur l'eau
3- Direction régionale de l'environnement des Pays de la Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Le Polygraphe, 2003
4- Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, Lachèse Belleuvre & Dolbeau, 1878
5- Mireille Rousselle-Touchard, Viticulture et agriculture de six communes de la Vallée du Layon, Norois N°44, 1964
6- Muséum national d'Histoire naturelle, Inventaire national du Patrimoine naturel,
Édition 2003-2010

Autres ouvrages sur le même sujet :
- Louis Coulon, Les rivières de France, Édition François Clovsier, 1644
- Louis Becquey, Rapport au Roi sur la navigation intérieure de la France, Imprimerie Royale, 1820
- P.A. Millet de la Turtaudière, Indicateur de Maine et Loire, Volume 1, Cosnier et Lachèse, 1864
- Daniel Curran, Le Saumurois et la vallée du Layon, 1948
- Syndicat d'initiative de la vallée du Layon, Le Layon, 1954
- Pierre Lervois, Le réseau hydrographique du Layon, Norois N°7, 1955


La rivière Le Layon

[commune de st aubin] [coteaux du layon]